La saucisse blanche “Weißwurst”

La saucisse blanche "Weißwurst"

Peu de spécialités du terroir peuvent se targuer d’être aussi étroitement associées à la Bavière que l’est la Weißwurst, littéralement la “saucisse blanche”. Autour d’elle, les mythes (ne jamais manger au couteau et à la fourchette, mais plutôt extraire l’intérieur en suçant) le disputent aux légendes (une Weißwurst ne devrait jamais entendre sonner les 12 coups de midi au clocher voisin).

Elle est surtout à la base d’une caractérisation géographique bien connue : tout ce qui vit au nord de “l’équateur de la saucisse blanche” (“Weißwurstäquator”) ne serait pas réellement Bavarois… La Weißwurst est en tout cas la vedette du Brotzeit munichois, un second petit-déjeuner apprécié sur les coups de 11h.

Faite à partir d’un mélange de viandes de porc et de veau, affiné avec des onions hachés finement, du persil et du jus de citron, et – parce que tiède, elle n’est vraiment pas bonne – elle est toujours servie nageant dans une terrine de bouillon brûlante. On l’accompagne avec de la moutarde douce, des Bretzels salés typiques, et une bonne bière blanche bien fraîche.