Ratisbonne

Ratisbonne

La quatrième plus grande ville de la Bavière, qui se trouve entre Munich et Nuremberg au confluent du Danube et du Regen, est la capitale du Haut-Palatinat et la porte d’entrée de la Forêt de Bavière.

Son histoire remonte jusqu’au Ve siècle avant J.-C. lors de la fondation de la colonie celtique Radasbona. Construit sous l’empereur romain Marc Aurèle, le camp fortifié Castra Regina (littéralement « camp sur la rivière Regen ») devient au VIe siècle la première capitale de la Bavière sous le nom Reganespurc.

Au XIIe et XIIIe siècle, Ratisbonne est une des villes les plus peuplées et les plus fortunées d’Europe grâce au commerce avec des pays éloignés. L’architecture gothique et romane a marqué l’aspect extérieur de la vieille ville, et continue à lui conférer un charme tout particulier. Depuis 2006, la vieille ville médiévale de Ratisbonne, qui est sortie presque indemne des bombardements américains de 1945, fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Parmi les célébrités de la ville, en plus des Regensburger Domspatzen (littéralement les “Moineaux de la cathédrale”), le chœur de garçons qui rivalise avec les plus grands chœurs au monde, on trouve l’ancien professeur et vice-président de l’université, pape Benoît XVI, ainsi que le mathématicien et astronome Johannes Kepler, qui y mourut en 1630. Par ailleurs, Oskar Schindler, un Allemand des Sudètes qui a sauvé 1200 juifs d’une mort certaine dans les camps de concentration, vécut à Ratisbonne de 1945 à 1950.

Plusieurs édifices exceptionnels se trouvent à Ratisbonne, notamment la cathédrale St Pierre – l’œuvre gothique la plus remarquable de Bavière -, le pont de pierre, une merveille architecturale, et l’ancienne abbaye Saint-Emmeran qui est aujourd’hui le château de la maison princière de Thurn und Taxis. 10 kilomètres en aval de Ratisbonne se trouve le Walhalla, un temple somptueux que le roi Louis I de Bavière a fait construire à l’imitation du Panthénon à Athènes.

Regensburg.de